ENVIRONNEMENT ET ÉCOLOGIE

Gestion des Déchets

MODALITES D'ACCES

  • Port du MASQUE OBLIGATOIRE
  • 2 m3 par semaine pour les particuliers
  • 2 m3 par jour pour les professionnels
Calendrier de Collecte

La collecte des ordures se fait même les jours fériés sauf le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre.

Une fois par an, les employés communaux déposent dans chaque foyer les sacs servant à la collecte des ordures.

Les containers à verres sont situés:

  • Chemin de la gare, devant le local technique municipal
  • à coté des escaliers de PIGON
  • Chemin de Marlat derrière le restaurant du petit bergeron
  • au coteau d'Urt au niveau du pont de Pierre
  • à la MVA (centre de secours)
Déchetteries

N.B. Les résidents Urtois ont la possibilité d'utiliser l'ensemble des sites de la Communauté d'Agglomération Pays-Basque.

Carte des déchetteries de la CAPB

Retrouvez les horaires et accès sur la carte interactive sur le site du syndicat Bil ta garbi.

ATTENTION : L’accès aux déchèteries de l’Agglomération Pays Basque est par principe gratuit pour les particuliers et payant pour les professionnels (voir liste des déchèteries ouvertes aux professionnels).

Points d'apport volontaire

La communauté Pays Basque collecte les déchets ménagers et assimilés sur l’ensemble de son territoire de compétences (collectes en porte-à-porte, en apport volontaire et en déchèteries).Pour plus d'informations, cliquez sur l'image ci-dessus

Collecte des déchets par la CAPB

La communauté Pays Basque collecte les déchets ménagers et assimilés sur l’ensemble de son territoire de compétences (collectes en porte-à-porte, en apport volontaire et en déchèteries)

.Pour plus d'informations, cliquez sur l'image ci-dessus.

Traitement des déchets par Bil Ta Garbi

Une fois les déchets collectés, c’est le Syndicat mixte Bil Ta Garbi qui prend le relais pour les opérations de valorisation et d’élimination des déchets ménagers.

Pour plus d'informations, cliquez sur l'image ci-dessus

Espèces invasives

Herbe de la pampa

Cette plante ornementale se propage grâce au vent, qui peut transporter ses graines (jusqu'à 10 millions par pied) dans un rayon de 25 km.
Sa propagation engendre des peuplements importants qui entrainent dans certains endroits la disparition d'espèces moins résistantes.
Sa présence en quantité peut générer dans les champs des incendies (du fait de ses longues feuilles qui peuvent être très sèches en été), et des blessures au bétail (feuilles coupantes).
Dans les jardins, la propagation de son pollen peut provoquer des allergies.

ELIMINATION

Il est possible de lutter contre la propagation de la plante en taillant les hampes fleuries avant leur arrivée à maturité.
Ainsi les plumeaux ne produisent pas de pollen et ne disséminent pas leurs graines.

Erable Negundo

Introduite en Europe pour agrémenter les espaces verts de zones urbaines, l'essence est devenue une plante envahissante colonisant les vallées alluviales dans les secteurs humides et perturbés (coupe rase, labour…). L'espèce forme un couvert dense empêchant la croissance d'autres espèces. Cela conduit à une banalisation des milieux et constitue une menace pour la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes.

Un chantier expérimental d'éradication de l'érable negundo, en collaboration avec l'INRA et l'Université de Bordeaux 1 a été lancé début 2009

Source Wikipedia

Ailante

Impacts sur la biodiversité locale et le fonctionnement des écosystèmes

    • La présence dans un milieu de l'ailante accroît la disponibilité en éléments nutritifs des sols où il se trouve, grâce à la litière composée de ses feuilles particulièrement riches. En outre, le rapport C/N des sols est modifié par des composés acides émis par les racines.
    • L'ailante produit des substances allélopathiques (ailanthone) qui inhibent la germination des graines des espèces environnantes.

Impacts économiques

    • Son fort pouvoir drageonnant peut endommager les infrastructures bâties et les chaussées.
    • Son développement aux abords des voies ferrées génère des coûts importants d'entretien.

Impacts sociaux et sociétaux

    • L'écorce, les feuilles et la sève de l'ailante peuvent provoquer des irritations cutanées.
    • Le pollen peut être à l'origine d'allergies.
    • Les feuilles possèdent une glande qui dégage une forte odeur souvent perçue comme nauséabonde quand on les frotte

Source Code de conduite plantes envahissantes

Séneçon en arbre

Autrement appelée Bacchante de Virgine ou Baccharis, cette espèce est inscrite depuis 2016 comme plante envahissante.
Cet arbuste envahissant tend à coloniser les espaces et empêcher la croissance d'autres espèces en formant des buisson épais, notamment le long des cours d'eau.

ELIMINATION

Il est possible d'éliminer l'espèce par un abattage puis broyage des arbustes, suivis d'une élimination prolongée des rejets, notamment grâce aux troupeaux qui broutent les nouvelles pousses.

 

Monbrétia

Le crocosmia x crocosmiiflora ou Monbrétia est une plante ornementale introduite pour l'ornement.
Sa propagation non contrôlée peut devenir invasive dans des lisière ou des zones humides, notamment littorales.

Si elle ne présente pas une réelle menace en France, elle est particulièrement répandue en Grande Bretagne, aux Açores et en Nouvelle Zélande.

PRECAUTIONS

Ne pas multiplier les plantations. La zone couverte peut être multipliée par 3 ou 4 chaque année.
L'élimination de fait par arrachage.

Galéga officinal

Autrement appelé sainfoin dEspagne, lilas d'Espagne ou encore rue des chèvres, le galéga officinal, est une espèce de plante originaire des régions tempérées chaudes de l'Ancien Monde.
C'est une plante herbacée vivace, à port dressé, cultivée à diverses fins, ornementale ou médicinale.

Cette espèce, parfois involontairement diffusée par les engins de chantiers est (potentiellement mortellement) toxique pour les ovins, bovins et d'autres animaux.
Elle peut rapidement envahir les prairies, d'autant plus quand elles sont humides.

Source Wikipedia

ELIMINATION

L'élimination se par arrachage manuel de l'intégralité de la plante.
A défaut, il conviendra de la faucher avant floraison pour limiter sa propagation.

Impatiente de l'Himalaya

Autrement appelée Balsamine de l'Himalaya ou balsamine géante, cette plante se propage particulièrement sur les berges humides.
Ses fleurs, riches en nectar, attirent de nombreux insectes qui délaissent les plantes indigènes qui disparaissent peu à peu.
Sa masse luxuriante peut perturber l'évacuation de l'eau, et sa disparition en hiver laisse un sol dépourvu de végétation dont l'érosion est accélérée.

ELIMINATION

Si l'arrachage est la méthode la plus efficace, les plus grandes étendues seront fauchées avant floraison.
La réintroduction de saules ou aulnes dans les milieux colonisés contribue également à limiter sa prolifération.

Jussie à grandes fleurs

Cette plante aquatique à belles fleurs jaunes, originaire d'Amérique du Sud, a été introduite en France pour la décoration qu'aquariums d'eau douce.
Sa propagation dans les cours d'eau gène fortement l'écoulement des eaux et entraîne parfois un comblement des milieux aquatiques.
Les herbiers trop denses de Jussie appauvrissent l'eau en oxygène et déposent des matières en suspension à la surface.
La surface couverte peut doubler en 2 semaines et sn élimination est nécessaire car elle étouffe les autres espèces végétales.

ELIMINATION

La Jussie à grandes fleurs est très difficile à éliminer.
La meilleure manière de l'éliminer est l'arrachage, manuel lorsqu'elle n'est pas très développée, ou mécanique pour les plus grandes étendues.

Jussie rampante

Souvent improprement appelée Jussie des Marais, qui est une plante autochtone, la Jussie rampante est originaire d'Amérique du Sud et d'Australie.
Ses feuilles sont plus arrondies que celles de la Jussie à grandes fleurs.
Par ailleurs ses fleurs sont d'un diamètre de 3 à 5 cm, plus petites que celles de l'autre Jussie.
A partir de rhizomes fixés au fond de l'eau ou sur la berge, elle forme un véritable tapis végétal à la surface de l'eau, impénétrable en raison de l'enchevêtrement de tiges rigides

ELIMINATION

Arrachage manuel voire mécanique.
Des espèces résistantes comme les roseaux peuvent limiter sa propagation

 

 

Renouée du Japon

C’est une plante grimpante (liane) qui colonise les talus… Sa croissance peut être de 1 à 8 cm par jour, elle peut donc atteindre sa hauteur maximale de 4 mètres en 2 mois au printemps.

La feuille est en forme de cœur et les fleurs blanches sont en épis. Le pollen peut –être intéressant pour les abeilles. Elle est utilisée dans la pharmacopée chinoise pour son effet analgésique, antipyrétique, diurétique, expectorant, dans le traitement de la bronchite chronique…

La renouée du Japon affectionne les zones alluviales et les rives des cours d’eau où l’humidité et la richesse nutritive du substrat lui permettent d’avoir une croissance optimale, conduisant à des peuplements monospécifiques.
Elle peut former de larges fourrés denses. On la trouve aussi aux bords des routes, alentours des jardins et des terrains abandonnés.

L'invasion des espaces naturels par les renouées du Japon fait malheureusement disparaître de nombreuses plantes à fleurs qui auraient pu produire du nectar pour de nombreux insectes pendant toute la période végétative.

ELIMINATION

Il faut faire un réaliser un débroussaillage répété, 3 fois par an pendant 3 ans pour épuiser les rhizomes puis planter des saules pour l'empêcher de repousser

Ptérocaryer du Causase

Autrement appelé Noyer du Caucase, c'est un arbre vigoureux qui pousse au bord de l’eau et colonise l’espace au détriment des espèces locales.
Il a la faculté de drageonner (multiplication par les racines).
Ses feuilles sont longues (10cm) et d'un vert vif. Les fleurs sont jaunâtres et pendent. Elles atteignent 50 cm de long.

Son système racinaire et la substance qu'ils produisent comme les autres noyers (la juglone) sont nuisibles aux espèces végétales environnantes.

ELIMINATION

Pour l’instant il n’y a pas de solution réellement efficace.
Seul un fauchage régulier des jeunes pousses permet de limiter sa propagation, précédé de l'abattage des sujets les plus importants.

Robinier - Faux acacia

Les robiniers sont des arbres pouvant atteindre entre 4 et 25 mètres de hauteur.
Les branches sont épineuses. En outre l'écorce et les graines contiennent de la lectine, dangereuse pour le bétail et l’Homme.
On utilise ce bois pour la fabrication de piquets de clôture (facilité de fente) et en menuiserie extérieure en raison de son imputrescibilité.

Les feuilles sont divisées en nombreuses folioles ; les fleurs sont en grappes blanches et odorantes.
C’est un arbre qui drageonne (multiplication par les racines) et en créant des bosquets il devient vite envahissant. Il a une croissance rapide. Il a tendance à coloniser les espaces.

Bien qu’il s’agisse d’un arbre privilégié dans la foresterie et représentant une alternative aux bois tropicaux importés, le robinier est généralement considéré comme très envahissant sur son aire européenne de répartition, empêchant la croissance des autres plantes notamment par concurrence à la pollinisation et par sa capacité à la fixation symbiotique de l'azote, qui a un effet fertilisant et peut entraîner la disparition des espèces de sols pauvres. Dans certains endroits il a pris la place de forêts entières de châtaigniers.

Il peut être utile pour restaurer une zone déboisée dont le sol est pauvre en nutriment. le robinier a démontré une bonne aptitude à revaloriser des espaces dégradés.
Mais il a tendance à coloniser l’espace et éliminer les autres espèces d’arbres.

ELIMINATION

Il faut faire une incision pour enlever l’écorce sur le pourtour du tronc. Cette action épuisera le sujet.
Un nettoyage par fauchage permet également d'eliminer les rejets.

Menthe odorante

Autrement appelée menthe suave, ou menthe à feuilles rondes.
Elle se propage dans les fossés, près des cours d'eau et plus généralement dans les milieux humides.
Son système racinaire est caractérisé par des stolons, de longues tiges aériennes qui ouvrent le sol avant de s'enraciner et produire de nouveaux pieds.
Elle peut rapidement couvrir une surface étendue et empêcher la prolifération d'autres espèces.
Pour l'empêcher de conquérir le jardin par ses stolons, il suffit de délimiter sa zone de prolifération en enfonçant dans la terre un élément imputrescible et rigide de type barrière à bambou à minimum 35 cm de profondeur. Exemples : ardoise, briques, plaque de métal, bâche plastique, planche…
Peu appréciée des animaux, elle n'est ni éliminée ni limitée par le broutage.

ELIMINATION

La menthe peut être éliminée par fauchage (pour limiter sa propagation) puis labourage de la terre.

Gui

Le gui est une espèce de plantes parasites (hépiphite), qui ne possède pas de racines mais se fixe sur un arbre hôte dont elle absorbe la sève à travers un ou des suçoirs.
L’arbre hôte finit par mourir.
Les fruits du gui sont appréciés de certains oiseaux, des grives notamment, mais aussi de la mésange bleue et de la sittelle torchepot.
Ces oiseaux participent à la dissémination du gui par leur fiente contenant des graines non digérées.

ELIMINATION

IL est difficile de supprimer le gui. Pas de moyen chimique sans contaminer l’arbre hôte.
Le moyen de lutte le plus courant consiste à couper la boule à sa base, mais cela ne donne qu'un répit à l'arboriculteur, car les cordons corticaux peuvent émettre des bourgeons adventifs capables de créer de nouvelles touffes.
Il est possible de tailler les branches assez largement avant le point de fixation (au moins à la fourche principale antérieure), mais cela n'est pas faisable si le gui est implanté sur une branche importante.

Frelon asiatique

Cet insecte a été vu pour la première fois en France, fin 2005, dans le département du Lot et Garonne. Il a colonisé, par la suite, le Sud-Ouest avec une célérité qui a suscité et suscite encore de grandes inquiétudes.
Le département des Pyrénées-Atlantiques a été touché, notamment pour sa partie béarnaise, en 2007 avant que cette espèce invasive colonise la quasi-totalité du département.

Source Préfecture des Pyrénées Atlantiques

Retrouvez toutes les informations sur le frelon et son mode d'éradication en cliquant sur le lien ci-dessus

ELIMINATION

Dès observation d'un nid ou d'individus, merci de contacter la Mairie

Moustique tigre

Le moustique tigre, espèce particulièrement agressive envers l’homme pendant la journée et potentiellement vectrice de maladies, réapparait dans nos villes.
Pour limiter au maximum les risques d’infection et les nuisances occasionnées par ce moustique, il est essentiel de lutter contre sa prolifération.

Source Nouvelle Aquitaine

Plus de renseignements en cliquant sur le lien ci-dessus

Ragondin

Le ragondin est un gros rongeur (9kg) semi aquatique originaire d’Amérique du Sud.
Il fut introduit en Europe au XIXème siècle pour l’exploitation de sa fourrure bon marché.
Les individus présents dans nos contrés proviennent de leur libération dans la Nature.

Il est reconnaissable à ses dents oranges. La femelle a 2 à 3 portées de 5 individus en moyenne.
Il creuse son terrier le long des berges, ce qui entraîne la déstabilisation des berges.
Par la quantité de terre exportée dans l'eau à chaque terrier creusé, le ragondin provoque également l'accélération du comblement des fossés et canaux.
Il cause des dégâts aux cultures …

ELIMINATION

Le ragondin n’a pas de prédateur naturel qui pourrait réguler sa population.
En revanche il ne supporte pas les gelées.
La seule solution pour l'éliminer est le piégeage.

Rat musqué

Le rat musqué est un rongeur d’Amérique qui fut introduit en France au XXème siècle pour sa fourrure.
Il possède une grosse tête avec des incisives jaunes.
Il est bien plus petit que le ragondin puisqu'il ne mesure que 40 cm et pèse 1,5 kg (contre 9 pour le ragondin).

Il vit à proximité des eaux dormantes ou courantes.
La femelle 2 à 3 portées par an, avec 6 à 7 petits par portée.

Il creuse des terriers dans les berges débouchant normalement sous l'eau, ou lorsqu'il n'est pas dérangé construit des huttes.
Les terreiers causent des dégâts physiques aux digues, aux berges de fossés, aux cours d'eau qui drainent les zones cultivées, ou encore aux aménagements hydrauliques.
Il peut également fragiliser l'enracinement des arbres, qui sont alors plus facilement déchaussés par le vent.

ELIMINATION

Comme pour le ragondin, on a recourt au piégeage pour lutter contre son expansion.

Tortue de Floride

Originaire des Etats-Unis, elle fut introduite en Europe au XXème siècle pour être commercialisée au grand public.
Elle a une  tache rougeâtre sur ses tempes. On peut noter, également, son plastron de couleur jaune et sa carapace dorsale de couleur vert marron à brun.
Jeunes, elles sont vertes jaunâtre.

Longtemps considéré comme carnivore, c’est pourtant un reptile omnivore.
Les vendeurs ont souvent omis de préciser que les petites tortues vendues deviendraient grandes.
La carapace pouvant atteindre 28 cm et peser jusqu’à 3 kg.
C'est ce qui a facilité la libération dans la nature d'individus devenus trop grands.

La femelle peut effectuer plusieurs pontes par an (2 en moyenne). Chacune des pontes comprend entre 5 et 20 œufs.

Les adultes sont réputées assez voraces ils peuvent rapidement vider une mare de la plupart de ses amphibiens et végétaux supérieurs ; et provoquer la régression de certaines espèces (gastéropodes par exemple et des plantes aquatique).
Beaucoup plus agressive, elle menace la cistude d'Europe (tortue aquatique indigène, menacée en Suisse et en France ), notamment en monopolisant les postes  pour se chauffer au soleil et bénéficier des ultraviolets solaires).

ELIMINATION

Pour limiter sa propagation il faut un piégeage pour ensuite l’éliminer mais attention à ne pas confondre avec la Cistude d'Europe !
Vérifier la présence de bande rouge sur la tête (Tortue de Floride) sinon c'est la Cistude.

Vison d'Amérique

Mammifère  importé d’Amérique du nord pour sa fourrure. Il a été introduit et exploité en Europe au XXème siècle.
De nombreux individus ont été libérés, d’autres se sont échappés et sont en compétition avec le vison d’Europe (qui elle est une espèce en voie de disparition).
C’est un carnivore prédateur opportuniste. Il mange aussi les œufs des oiseaux …
En envahissant le milieu naturel du Vison d'Europe, il le menace de disparition.
Les campagnes de destruction en raison des dégâts qu'ils causent entraînent parfois l'élimination de Visons d'Europe, pourtant protégés.

Ce qui distingue le vison d’Amérique du vison européen est sa taille : il est plus gros

L’élevage perdure au début du XXIe siècle principalement au Danemark. Cette activité économique fournit notamment la fourrure et l'huile de vison.
En 2020, la totalité des individus d'un élevage français ont été abattus suite à une contamination due au SARS-CoV-2
Le Vison d'Amérique serait également à l'origine d'une mutation du virus susceptible de réduire l'efficacité d'un vaccin contre la Covid-19 destiné aux humains.

ELIMINATION

Pour l’éliminer il existe le piégeage. Il peut aussi être détruit à tir sur autorisation préfectorale.

 

Ecrevisse américaine

Crustacé originaire des Etats-Unis et introduit en Europe à la fin du XIX ème siècle où il s’est bien adapté.
Elle est de couleur brune avec des lignes rouges brunes.
Elle a pu contribuer à la régression ou la disparition des espèces autochtones.

L'écrevisse américaine se nourrit de toutes sortes de débris organiques et végétaux.
Elle consomme volontiers vers et autres invertébrés vivants ou morts. Elle est assez agressive envers les petits poissons.

Une femelle peut porter jusqu'à 450 œufs durant environ 5 semaines. Le développement des larves est très rapide

ELIMINATION

Considérée comme nuisible, elle peut être piégée ou pêchée partout en toutes saisons, sans limitation de taille ou de quantité ; toutefois, il faut être muni de la carte de pêche.

Ecrevisses comparaison
Ecrevisses comparaison

A pied, à vélo

Urt propose des itinéraires de circulation à pied ou à vélo.

Les visiteurs auront l'opportunité de mieux découvrir notre village et ses environs en parcourant plusieurs sentiers pédestres, chemins de randonnée et voies cyclables.
Ne nombreux sentiers raviront les amoureux de balades bucoliques et les sportifs de pleine nature.
Le GR 8 mène les randonneurs de l'Adour aux Pyrénées, du Pont d'Urt aux grottes de Sare en passant par Cambo les Bains, puis plus profondément à la découverte du Pays Basque intérieur jusqu'à la frontière espagnole où le relais est pris par le GR 10, grand itinéraire montagnard.
Des pistes et chemins goudronnés offrent une découverte de la région en vélo ou autre véhicule en mode doux.

Découvrez ci-dessous quelques suggestions de balades

Couple qui marche   Barthes d'Etchepette - Source pratique.tourisme.64.com

Couple qui marche   GR 8 de Urt à Cambo les Bains - source pratique.tourisme64.com

  V81 de Urt à Salies de Béarn - source pratique.tourisme64.com

  Scandibérique Urt-St Palais - source pratique.tourisme64.com

Informations complémentaires

Un chantier écologique !

Urt Barthes 2021

Le 26 janvier 21 au bord de l’Aran face au chemin de la Hondine un travail de débroussaillage a été entrepris afin de limiter les espèces végétales envahissantes (comme le palmier rônier, le noyer du Caucase…) et de rendre ce site  accessible à tous . Ce travail a été exécuté par la MIFEN (association d’insertion) venue de Bardos et des élèves de BTS en Gestion et Protection de la Nature (GPN) venus de  Saint-Pée sur Nivelle. Ils étaient encadrés par les enseignants du lycée agricole et un technicien du Conseil Départemental. Ils étaient en tout une trentaine de personnes.

  • C’était un jour particulier pour plusieurs raisons.
    Premièrement le travail de débroussaillage se faisait pour la première fois sur cette parcelle nouvellement acquise par le Conseil Départemental. Celui-ci  acquiert des parcelles dans les zones humides pour la conservation des espaces naturels qu’il entretient régulièrement.
  • Deuxièmement les élèves de BTS  en GPN passaient un examen et étaient notés par leurs professeurs. Cette note comptait pour l’obtention du diplôme.

Ces chantiers écologiques sont avant tout un travail de préservation des espèces endémiques (Aulnes glutineux, carex …) qui sont à la fois nutriment et nichoir  des espèces animales. Pour que ces végétaux puissent prospérer il faut limiter  les espèces envahissantes qui colonisent les zones humides. En général ces espèces invasives ont été implantées par l’homme et ont prospéré au dépend des espèces locales.

Ce travail a été réalisé dans un joli esprit d’équipe.


Informations générales

L'altitude moyenne d'Urt est de 40 mètres environ. Sa superficie est de 18.99 km²

Urt est longé au Nord par le fleuve Adour et   son affluent  l’ Aran .  Il y a 4 zones ; elles sont appelées Barthes. Cette partie du village est située sur des zones Natura 2000  qui sont appelées ZNIEFF (Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique  https://inpn.mnhn.fr/). Quatre zones Natura 2000 se situent partiellement sur le territoire de la commune

C’est une zone riche en diversité animale et végétale (565 espèces recensées).La MIFEN (Maison d’Initiation à la Faune et aux Espaces Naturels) et le Conseil Départemental, propriétaire de la zone, ont déjà mené des actions de génie écologique afin de protéger les espèces endogènes. (38 espèces sont menacées).

Au Sud du Village:  La forêt communale est gérée par l’ONF et s’étend sur 50,80 hectares .

L’agriculture s’étend sur 750 ha

Certains des agriculteurs urtois travaillent avec des labels IGP  et aussi bio : en canards et porc. D'un point de vue environnemental, l'agriculture urtoise est étroitement liée à une agriculture raisonnée. Urt est situé en zone de plaine du fait de sa situation géographique et de ses barthes .

Des agriculteurs sont aussi engagés dans une démarche HVE3 (Haute Valeur Environnementale) dont les grandes lignes sont de limiter les phytosanitaires, maîtriser la fertilisation et prendre en comptes les ressources en eau. Quant à l’usage hydrique, il n'y a pas de système d'irrigation à Urt.

 


MAIRIE D'URT
54 avenue des Pyrénées

64240 Urt

  05 59 56 20 33
contact@urt.fr


HORAIRES D'OUVERTURE
Du Lundi au Jeudi,
de  8h30 à 12h  et de 13h30 à 17h30

Le Vendredi,
de  8h30 à 12h  et de 13h30 à 16h30

Façade de la Mairie d'Urt